Vains dieux, on a vingt ans !!! Épilogue : la petite ville

Vains dieux, on a vingt ans !!!
Épilogue : la petite ville
Résumé des épisodes précédents : La compagnie Les Uns, les Unes fête ses 20 ans du 24 au 27 septembre 2015 à Serémange-Erzange. Il y aura du théâtre, de la chanson, des lectures, de la poésie, des nouveautés, des reprises, une exposition, du cinéma… Du rire et de l’émotion…

Vains dieux, on a vingt ans…
Et elle ? Elle quel âge ? Pas un mot sur elle ! Il ne dit rien là-dessus le Guido ? Ce serait de son ressort pourtant depuis 8 ans qu’il nous fait son Cité en scènes ?
Elle, la petite ville…
Rien sur le fait qu’elle soit coincée entre Florange et H… ! Même pas vraiment jolie. Avec ses usines en fond sonore. Ses rues, où la majorité de l’équipe originelle a grandi.
Rien sur ses écoles où cette fine équipe a appris à lire, à écrire, à compter. À compter les uns pour les autres. Les uns sur les autres. Sur les unes.
Rien sur son ancienne école des filles, devenue espace de Gaulle, et qui abrite nos locaux.
Rien sur son centre socioculturel où Lulu est né et où nous continuons à transmettre, via l’espace jeune, ce que nous y avons appris.
Rien sur sa bibliothèque où l’une d’entre nous, prolonge par d’autres moyens, ce que nous avons tous, chevillé au corps : la Culture !!!
Rien sur son théâtre municipal, outil incomparable, sur la scène duquel nous avons posé le pied la première fois à l’âge de quatre ans !!!
Rien sur son cinéma. Tu en connais beaucoup, toi, des communes de cette taille, où tu peux encore trouver un cinéma ? Ça ne méritait pas une petite pageounette peut-être ?

Rien sur ses équipes municipales successives qui nous ont toujours soutenus en mettant des locaux à notre disposition : une salle de répétition, des espaces de rangement, un bureau…

De quoi avais-tu peur ? D’avoir à citer tous les équipements sportifs aussi ? L’église ? Les cafés ? Les commerces ? Peur d’avouer le cordon ombilical ? De sentir poindre en toi l’imbécile heureux qui est né quelque part ? De remercier ?
Remercier, oui, remercier le public, celui d’ici et d’ailleurs ? Celui qui est venu ? Qui viendra ? Qui reviendra ? Et sans qui… Avec qui…
Alors qu’est-ce qu’on dit ?

Ben… Merci !

Mille fois…

Roland Marcuola