Vains dieux, on a vingt ans !!! n° 5

5ème épisode : « Dans mon village aussi l’on a de beaux Brassenssinats »

Résumé des épisodes précédents : La compagnie Les Uns, les Unes fête ses 20 ans du 24 au 27 septembre 2015 à Serémange-Erzange. Il y aura du théâtre, de la chanson, des lectures, de la poésie, des nouveautés, des reprises, une exposition, du cinéma… Du rire et de l’émotion…

Affiche Ghislain chante pour site

Drôle de titre pour un récital de chansons, lui dis-je !
Mais quand Ghislain Liebaert veut brassenssiner, il brassenssine et rien ni personne ne saurait l’en empêcher. Il me dit de ce titre de récital ce que je sais déjà, il paraphrase cette chanson « l’Assassinat » de Brassens : « Nous au village aussi l’on a de beaux assassinats… »
Certes, lui dis-je, mais j’entends déjà les commentaires poindre en même temps que les interrogations et les craintes : Est-ce à dire que nous allons assister à un assassinat en règle de Brassens ?
Fichtre non, me répond-il, presque vexé. C’est bien plutôt à une résurrection à laquelle je convie tout le monde, plaide-t-il sous sa couverture.
J’objecte timidement que ressusciter des chansons immortelles me semble pour le moins superfétatoire.
« Super fête à toi aussi, me rétorque-t-il, puisque toi aussi, depuis toujours tu brassenssines. D’ailleurs outre Brassens de Sète, il y aura aussi Lapointe (Boby) de Pézenas car l’Hérault n’est jamais fatigué. Je m’arrange même pour que chacun reprenne du poil de la fête. Car j’ose. Je réinvente, j’engrange, j’arrange, je mélange, je change, j’étrange, je serémange, j’erzange… »
C’est un fait. Moi qui le connais depuis toujours, je peux témoigner, Ghislain est du cru tout cuit. Nous habitions la même rue. Haute. C’était au temps de l’enfance. Au temps de nos premières guitares, de nos premiers pas au théâtre quand Lulu s’appelait encore Schneck-Théâtre… Et que l’on découvrait Tonton Georges, sa musique, son drôle de vocabulaire, ses presque gros mots, sa révolte, son doux sourire, ses accords pas évidents, le défi de ses chansons à apprendre…
En presque 50 ans, Ghislain a eu le temps de les apprendre, de les faire siennes. Et nôtres…
Brassens mort ? Laissez-nous rire… La suite nous prouvera que non…

À suivre…

Roland Marcuola